Gingerize the Lotus, mes recettes végétariennes gourmandes.

vendredi 30 mars 2012

Ma meilleure recette de seitan!










Attention, cet article est sciemment schtroumpf-à-lunettes au début (et didactique tout du long, sinon ce n’est pas drôle, il n’y a pas de recette !) :

Là où la viande de bœuf contient 18 pourcent de protéines et le poisson 20 pourcent, le seitan contient 30 pourcent de protéines végétales en moyenne. Composé de gluten de blé, les végétariens l’appellent parfois steak végétale ou viande végétale. Aliment privilégié des moines bouddhistes, le seitan est très diététique (il ne contient pas de cholestérol et apporte environ 110 calories au 100 grammes) et intéressant sur le plan nutritionnel.


(Parenthèse moins schroumpf-à-lunettes : la musique que j'aime! )

Comme le tofu, vous trouverez du seitan en magasin biologique et je raffole, quant à moi, du seitan « à griller » de la marque Lima, absolument délicieux, dont la consistance est parfaite de moelleux, qui dore joliment au four ou à la poêle, qui est digeste. L’inconvénient : son prix. Certes je ne consomme pas de viande (onéreuse si de bonne qualité) ni de poisson (c’est certain, à 18-20 euros le bon menu de sushi, on peut s’offrir un vrai festin de seitan) (j’exagère, évidemment que l’on peut manger autre chose que de la sole et du Wagyu !), et nul besoin d’acheter un kilo de seitan pour se régaler et couvrir très largement ses besoins en protéines (je dis ça des fois que la phobie des carences vous téléguiderait automatiquement vers le rayon surgelés de votre supermarché ^^).

D’autre part, je n’avais pas essayé de recette de seitan satisfaisante jusqu’à présent.

Mais c’est chose faite ! 










Le week-end dernier, j’ai adapté une recette dont le résultat est surprenant : le goût de ce seitan est délicat, sa consistance ferme mais moelleuse et non pas spongieuse, il se cuisine très bien et pour 130g de gluten de blé (s’achète en magasin bio à une somme ridiculement modique), on obtient 600g de seitan !

Pourquoi ce seitan pschitte bon le succès : la poudre d’amande et le lait contribue sûrement à son moelleux. Le bouillon le parfume agréablement. Et enfin, il se bonifie (j’ai un peu goûté après égouttage, il n’était pas aussi déli’ que le lendemain) à force de repos !

Seul conseil : vous y prendre la veille pour apprécier le seitan le lendemain. Nulle autre contrainte notable, puisque le seitan se prépare très rapidement et très facilement. Il se prêtera alors à moult recettes, telles que celles que je propose ici où bien en remplacement des protéines animales pour les omnivores que l’expérience tenterait.




PREPARATION DU SEITAN















Temps de préparation : 20 minutes

Cuisson : 40 minutes





Ingrédients pour 600g de seitan :

-          130 g de gluten de blé

-          50 de poudre d’amande

-          50 de germe de blé

-          40 g de farine

-          10 cl d’eau

-          10 cl de lait de soja

-          5 g de sel



Pour le bouillon :



-          1,5 L d’eau

-          1 cube de bouillon de légumes

-          1 càs de sauce soja Tamari (Lima)

-          1 gros morceau de racine de gingembre (la taille de l’index « enrobé » d’Obélix, voyez ?)

-           Un bouquet garni (thym, laurier…)

-          Au choix : Piment oiseau (2 ou 3 petits), Tabasco (1 càs) ou autre épices à doser comme bon vous semble.  



-          Mélanger le gluten, la poudre d’amande, le germe de blé, la farine et le sel dans un cul-de-poule.



-          Délayer progressivement avec 10 cL d’eau et 10 cL de lait de soja.



-          Bien malaxer, pendant 10 minutes, pour pétrir le seitan en une grosse boule de pâte souple.



-          Porter l’eau à ébullition dans une grande casserole (le seitan va doubler de volume à la cuisson) y délayer le cube de bouillon de légumes. Ajouter le gingembre pelé et détaillé en petits morceaux, le bouquet garni, la sauce soja, les épices ou piment de votre choix.



-          Découper le pâton de seitan en gros cubes ou escalopes. Plonger les morceaux dans le bouillon. Laisser cuire 40 minutes à feu moyen, en remuant de temps à autre (mais sans rester non-stop à contempler la magie opérer. Ca vous laisse libre de vaquer à d’autres occupations !).



-          Laisser refroidir hors du feu, la casserole couverte, pour que le seitan s’imprègne encore des arômes du bouillon. Deux heures plus tard, égoutter et placer dans un récipient hermétique à réfrigérer pour la nuit.





Et voilàààà ! Le lendemain, vous pouvez préparer le seitan il vous plaira (mariné, poêlé, rôti, grillé, tout lui sied, il est accomodant). Je l'ai beaucoup apprécié doré à la poêle, à sec ou dans un filet d'huile d'olive, servi avec une salade (avec les tomates de Rennes sucrées à souhait, miam!).











1 commentaire:

Fadosol a dit…

Les deux relookages parfaitement réussis de la semaine : "Gingerize the lotus" et "Télérama"