Gingerize the Lotus, mes recettes végétariennes gourmandes.

vendredi 2 septembre 2011

Ἄνδρα μοι ἔννεπε, Μοῦσα




Je suis rentrée de superbes vacances en Grèce avec ce que la touriste lambda que je suis retient d’images somptueuses et de souvenirs précieux. A défaut de nouvelles recettes à partager, je vous laisse découvrir quelques photos de ce qu’un végétarien peut manger et boire dans les cafés, tavernes et petits restaurants grecs.  

Mais mon végétarisme n’a pas manqué de surprendre les gens autour de moi, voire de les choquer. Moi qui arrivais avec des envies de légumes farcis végé (appelés « Les Orphelins » quand ils sont sans viande...), de salades et pâtisseries orientales, j’ai vite compris que viande et poisson sont des incontournables de la plupart des menus. Ce qui ne m'a pas empêché de bien manger en Grèce, la preuve:




Pita dorée grillée avec mizithra (un fromage qui ressemble à la mozza) et tomate.



Comme un quatre-quart, imbibé d'un sirop sucré (on me le dit être fait avec du mastic, lentisque donc, mais ça avait goût de miel et d'eau de fleur d'oranger.)




Comme Martin et moi avons eu la chance d’être accueillis par une amie athénienne, nous avons découvert le rythme de vie des Athéniens de notre âge, ce qui n’a pas estompé notre émerveillement de vacanciers mais a certainement contribué à élargir notre perspective quant aux us et coutumes du pays.

J'ai d'abord remarqué que les Grecs avec qui nous avons visité Athènes et séjourné à Kalamata mangent souvent à l’extérieur que chez eux, si fines cuisinières les mères de famille soient-elles. Pour eux il s’agit de passer un bon (et long) moment entre amis, alors si l’on mange bien en Grèce, et pour pas cher, les plats offrent surtout un prétexte à se détendre.




 

Feta au pesto, à Athènes on mange à toute heure du jour et de la nuit et en l'occurrence j'ai pris cette photo vers 2 heures du matin, ce qui explique pourquoi Alizée me tend son assiette comme s'il s'agissait d'une coupe de champagne (et après en avoir bu!?)


Autre idée reçue vite démentie, celle d’un régime méditerranéen particulièrement équilibré, de plats sains faisant la part belle aux produits frais. En fait de régime crétois, les Grecs suivent leurs envies de fritures et de pitas imbibées d’huile d’olive aux herbes. 


Couche-tard que nous sommes, nous nous levions souvent trop tard pour petit-déjeuner, ce qui n’est pas un mal car les Grecs zappent souvent le petit-déjeuner (et le dessert aussi, d’ailleurs) et se contentent d’un café serré ou d’un latte frappé quand il fait déjà très chaud. Mais entre le déjeuner (vers 15 heures) et le dîner (à partir de 22h30, généralement, adultes et enfants confondus), les terrasses des cafés sont bondées parce que les Grecs aiment s’attarder des heures pour prendre un café avec leurs proches. Incontournable, cette pause café est un moment privilégié de la journée. 








De 15 heures à 18 heures, c'est pause café. L'espresso dans sa version frappée n'est pas très Grec, mais Photini (à gauche) et Martin (à droite) savourent la quintessence du frappé grec: un café glacé mousseux, onctueux avec du lait et beaucoup de sucre.





A la boulangerie, les Grecs achètent plus volontiers des rolls comme celui ci-dessus, au fromage et graines de sésame, plutôt que des viennoiseries. Autre incontournable des échoppes: le feuilleté aux épinards et à la feta, ci-dessous. D'ailleurs j'y ai gouté pour la première fois le jour de mon arrivée en guise de petit déjeuner alors que je m'attendais à voir défiler halva and co ;)













Crudités, pain toasté, feta marinée aux herbes, bière, l'apéritif (avec du tzatziki également) typique des tavernes de la capitale grecque.








La feta au four avec de l'huile, des tomates, des herbes aromatiques... Ca parait simple mais ce n'est pas toujours bon et parfumé. En l'occurrence, la feta proposée dans cette taverne de Kalamata était parfaite, fondante et loin d'être fade comme la feta archi-salée proposée en France.








 Une salade autrement diététique, au quinoa, avec baies de goji et noix croustillantes.







 Les boulettes de courgettes frites, une tuerie, moelleuses à souhait et parfumées à la menthe.






Décryptage: oui je préfère le rosé (préparé par le patron de la taverne, et sa femme préparait une délicieuse liqueur de fraise) à l'ouzo. Et oui les Grecs nappent les olives marinées avec de l'huile d'olive au moment de servir. Ceci dit la réputation des olives de Kalamata est justifiée, elles sont délicieuses.






 Je laisse le Ouzo aux Grecs, je préfère le pistachio, un cocktail à base de sirop de pistache, crème et autre Baileys. Presque un dessert!






A propos de dessert... Voici une interprétation du Banoffee Pie qui ne m'a pas laissée indifférente: crème glacée, chantilly, chocolat, et la base pâte sablée, caramel, banane... Je ne crois pas qu'il soit très judicieux de proposer pareille sucrerie dans un beach bar mais pour moi qui aurais aimé rester en Grèce, couler au large de Kalamata n'était pas hors sujet!





Les Grecs raffolent du basilic, ils en utilisent dans de nombreuses recettes, bien plus que le persil par exemple. J'ai maintenant des souvenirs de ruelles piétonnes qui embaumaient le basilic et il n'était pas rare que nos amis croquent une feuille de basilic à la fin du repas, sans doute pour faciliter la digestion (et mieux s'attabler à nouveau plus tard).







Fromage pané et frit, tzatziki et houmous. Beaucoup de crudités, vous remarquerez!






 Les fameux souvlaki, végétariens pour moi. Pour quelques euros on vous apportera une pita moelleuse et tiède garnie de crudités, avec une sauce tzatziki et des frites au paprika. Roboratif, ce snack qui se laisse apprécier.















Plat mijoté de blettes à la feta 





Une délicieuse salade grecque avec croûtons, olives, crudités et feta.


... 


Voilà pour les quelques photos de la Grèce, je vous épargne toutes celles n'ayant aucun rapport avec les mitons végés d'une touriste en goguette.

Sachez cependant que je suis contente d'être rentrée. Soulagée, même: je me dis que finalement ça ne sert à rien d'aller en Grèce boire du café quand on peut aisément siroter un Starbucks devant l'Ecole du Louvre par un temps très correct! ;)
Hum.




 


3 commentaires:

Fadosol a dit…

Ah, merci pour ces photos qui laissent imaginer mille saveurs inconnues sous nos cieux. Sans rire, on trouve vraiment des salades au quinoa, avec baies de goji et noix croustillantes dans un resto "normal" à Athènes ?
Je ne suis pas convaincu de l'équivalence du café Starbucks quand on voit l'air de Martin, et on ne voit pas bien l'expression de la rédactrice ...
J'imagine qu'il n'y a pas grand chose de comparable entre la feta importée et celle que l'on peut trouver localement. (c'est pareil pour tout)

Coralie a dit…

Ca donne envie d'aller en Grèce en tout ça :-)

gaelle a dit…

Des photos très appétissantes !