Gingerize the Lotus, mes recettes végétariennes gourmandes.

dimanche 5 juin 2011

Risotto végétalien crémeux (amande, sauge et basilic)


Tellement gourmand, le risotto (ceux qui disent "lourd," rendez-moi le soleil et je vous donnerai des salades de concombre et de pousses de soja, voilà!)! 
Après l’avoir adoré chez ma grand-mère (pensée pour celles et ceux qui associent systématiquement leur mère-grand à leur goût pour la cuisine), je me rappelle la première fois que j’en ai fait moi-même : Une galère, madre mia!

J’avais choisi une recette de risotto au vin rouge et j’avais dans l’idée que si je noyais le riz rond dans le bouillon, le vin serait gaspillé sans avoir coloré ni parfumé le plat. Evidemment je ne maîtrisais pas trop la cuisson lente, en cuisinière improvisée qui essayait de se brusher et de se maquiller entre deux louches de bouillon fait maison (non-non je ne préparais pas Un Dîner Presque Parfait. J’attendais un cobaye. J’avais 19 ans et je n’étais déjà plus féministe et pas encore cuisinière.).

                Mon premier risotto!



Good for nothing!


Depuis, j’ai appris que :
1)      le brushing impeccable c’est suspect (quoi, on n’a pas été chasser l’arborio et tuer le parmesan au lieu de faire sa mijorée?) et qu’en plus c’est bête puisqu’après nos cheveux sentent le bouquet garni alors bon.
2)      Inutile de brusquer le riz. Mieux vaut le laisser mijoter à feu couvert et étancher sa soif avec parcimonie, lentement, peu à peu, louche de bouillon après louche de bouillon. On remue un peu avec une cuillère en bois à trou (sinon ça colle bouh) et puis à la fin, le vin. Si vin il y a dans la recette. Or, pas ce soir !

Bon finalement le meilleur dans ce premier risotto, ce fut le parmesan semé en gros copeaux avant de servir.  Et vas-y que je propose de finir le parmesan, tant qu’à faire.

Alors si vous voulez rester digne et proposer un menu séduisant à Céladon (qui pour une fois oubliera de prétexter une soirée foot pour se faire un Mc Do) ou à Astrée (qui pour une fois ne rechignera pas à grignoter autre chose que des pousses de salade), donnez (vous aussi) dans le cliché avec ce:



Risotto végétalien crémeux








Temps de préparation : minimal
Temps de cuisson : maximal (40-45 minutes)

Pour deux personnes, il vous faut :

100 g de riz arborio (La Vie Claire, j’aime bien ! Mais le « Monoprix Gourmet » de mes premiers risottos n’était pas mal, c’est moi qui était nulle !)
1 L de bouillon de légume chaud (laisser la casserole couverte)
1 oignon nouveau
5 feuilles de sauge (et demi si vous voulez)
2 càs de purée d’amande (maison pour moi, en mixant des amandes laissées à tremper 12h)
Basilic (2-3 feuilles)
2 tranches de citron
1 càs d’huile d’olive
Pas de parmesan puisque c’est très bon sans, maintenant !

  1. Emincer l’oignon et le faire revenir à la poêle, dans l’huile d’olive. Ajouter le riz rond et attendre qu’il soit translucide pour baisser le feu et verser la première louche de bouillon de légumes.
  2. Renouveler l’opération plusieurs fois jusqu’à ce que l’absorption du liquide par le riz se fasse plus lente. Couvrir la poêle et laisser mijoter en ajoutant du bouillon régulièrement sans noyer le riz et en le remuant pour que ça ne colle pas.
  3. Ciseler les feuilles de sauge et les mêler à la purée d’amande. Réserver et ajouter au risotto quand celui-ci est prêt. La cuisson du riz doit être lente, n’ajouter la purée d’amande qu’avant de servir, quand le riz à doublé de volume et est ferme à l’extérieur mais fondant dedans. Normalement le riz devrait être comme crémeux avant même que vous n’ajoutiez la purée d’amande.
  4. Dresser avec une rondelle de citron, quelques feuilles de basilic et amandes concassées.


Note : si vous voulez encore ralonger la durée de cuisson parce que le riz n’est pas cuit mais que vous n’avez plus de bouillon, étanchez sa soif avec un peu de lait d’amande (ou autre lait végétal de votre choix).










Certes ce n’est pas le plat le plus rapide à cuire, mais c’est simplissime et si c’est bon, on vous pardonnera que vos cheveux sentent le risotto et que vous ayez fini la bouteille de vin pour patienter, promis !

5 commentaires:

Fadosol a dit…

Ne voyant pas de posologie pour le vin dans la recette, il faut espérer que la bouteille "pour patienter" n'était pas trop pleine au départ ...

Ayla a dit…

Non maintenant que je suis une pro du risotto, je patiente sagement! ^^

Fadosol a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Fadosol a dit…

Bon, je recommence, avec ma vue basse, je croyais que c'était ton portrait qui de la censure avait subi l'irrémédiable outrage !
Ouf Blanche Neige est partie s'occuper de ses pommiers avec son prince charmant et nous pouvons (enfin) profiter du joli minois de la Chef. Un peu de farine dans les cheveux aurait fait plus authentique !!!

Ayla a dit…

Ah mais tu n'imagines pas à quel point ton message est très approprié: le cobaye sur la photo a pris cette photo de moi sans la pomme mais avec un breuvage diabolique l'année dernière! Je dé-censure d'un côté et censure de l'autre mais c'est trèès étudié ;)